Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Soleils Couchants






J’aime les soirs sereins et beaux, j’aime les soirs,
Soit qu’ils dorent le front des antiques manoirs

Ensevelis dans les feuillages ;

Soit que la brume au loin s’allonge en bancs de feu ;
Soit que mille rayons brisent dans un ciel bleu

À des archipels de nuages.


Oh ! regardez le ciel ! cent nuages mouvants,
Amoncelés là-haut sous le souffle des vents,

Groupent leurs formes inconnues ;

Sous leurs flots par moments flamboie un pâle éclair,
Comme si tout à coup quelque géant de l’air

Tirait son glaive dans les nues.


Le soleil, à travers leurs ombres, brille encore ;
Tantôt fait, à l’égal des larges dômes d’or,

Luire le toit d’une chaumière ;

Ou dispute aux brouillards les vagues horizons ;
Ou découpe, en tombant sur les sombres gazons,

Comme de grands lacs de lumière.



Les Feuilles d’automne



Victor Hugo





Billet proposé par Aron O’Raney