Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Le Flambeau





À chaque instant,
le Roi apparaissait de derrière le voile,

Puis se voilait à nouveau,
et ainsi de suite huit fois. 

Un moment II ravissait l'intelligence et le cœur
de ceux qui étaient au-dehors, 

Un autre moment, l'esprit et la pensée
de ceux qui se trouvaient à l'intérieur. 

Sous Ses yeux était ouvert un livre de pure magie. 

Dans tous les cœurs privés de quiétude,
Il passait et repassait. 

Parfois, la passion qu'Il inspirait
traçait de la pointe du Calame une Image, 

Parfois, le hautbois de l'amour chassait la pauvre intelligence comme une lapidée. 

Quand la nuit tomba,
Son visage de feu brilla comme un flambeau 

Et deux cents âmes phalènes
tournoyèrent autour de Lui. 

Quand minuit vint,
ceux qui étaient ivres devinrent hors d'eux-mêmes. 

Nous restâmes, nous,
la nuit, la chandelle, le vin et cette idole. 

Mon « Moi » était endormi
et ne m'importunait plus ; 

Mon propre « Moi »
et Son « Moi » s'étreignirent. 

Comme à l'aube mon « Moi »
était plein de désir pour Son « Moi », 

Mon « Moi » entra comme une ombre
chez l'Ami et le « Moi » de l'Ami sortit. 

Shams de Tabriz est parti,
mais les rayons de son visage

Brillent de toutes parts
pour celui qui est l'objet de son choix.

OM, N° 1076.


Djalâl ad-Dîn Rûmî

Billet proposé par Aron O’Raney