Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Le Lac Sous-Glaciaire Vostok







Un événement majeur, très attendu, vient d'avoir lieu en Antarctique le 5 février 2012.


Le lac Vostok, emprisonné sous la glace depuis plusieurs millions d’années, a été atteint par un forage russe.

Ce lac a donné le nom à la station scientifique russe en surface.

Situé à 3.768 mètres de profondeur, il pourrait héberger des formes de vie inconnues…

Le lac Vostok est une étendue d’eau subglaciaire détectée en Antarctique dans les années 1970 grâce à des radars aéroportés.

Avec ses 250 km de long et ses 50 km de large, sa superficie est celle de la Corse.

Il serait isolé du monde extérieur sous 3.768 mètres de glace depuis plusieurs millions d’années.

Privé de lumière et très pauvre en matières organiques, il constitue un environnement dit extrême et pourrait abriter des formes de vie inconnues à ce jour.





Commencées il y a plusieurs années, les activités de forage ont été interrompues à plusieurs reprises.

La communauté scientifique estimant qu’il n’était pas possible de percer le lac sans causer une catastrophe écologique.

Des techniques moins polluantes ont donc été développées.

Le kérogène du fluide de forage a été remplacé par un composé siliconé.

Les travaux avaient repris en janvier de cette année. Une source scientifique, l'agence russe Ria Novosti, vient de confirmer que le lac a bien été atteint.

La pression au sein des tubes de forage devrait maintenant être progressivement diminuée afin de permettre à l’eau de remonter vers la surface puis de geler en emprisonnant tous les organismes qu’elle abrite.

Cette glace sera prélevée et analysée l’année prochaine. Les scientifiques se sont en effet livrés à une véritable course contre la montre pour finir le forage.

La station de Vostok doit être évacuée ce 6 février car c'est déjà la fin de l'été austral en Antarctique et les conditions climatiques empêcheront bientôt l'atterrissage des avions.




Quentin Mauguit - Futura-Sciences - 6 février 2012 -
Billet proposé par Aron O’Raney