Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

L’Arrestation Des Templiers



La Plus Extraordinaire « Opération De Police » De Tous Les Temps.

Ce matin, dès l'aube, toutes les polices et les gens d'armes de France et de Navarre, ont investi près de trois mille demeures sur l'ensemble du territoire, pour en arrêter tous les occupants.

En fin de journée, l'opération est terminée et il est encore impossible de connaître le nombre exact de ces arrestations.

Elles continueront plus tard, dans toute l'Europe, jusqu'à la fin de l'année.

Nous sommes le vendredi 13 octobre 1307.

C'est bien ce vendredi 13 qui sera à l'origine d'une croyance populaire, de bon ou de mauvais présage, qui persiste encore aujourd'hui, Sept Cent ans après.

Jaloux de leur puissance et de leur richesse, inquiet de leur pouvoir auprès du pape, ou bien mal informé par une campagne délétère, le roi de France, Philippe IV Le Bel, fait arrêter tous les Templiers du royaume, pour apostasie et mauvaises mœurs.

L'Affaire est menée par Guillaume de Nogaret, qui fait adresser, dans le plus grand secret, dés le 14 septembre, des « lettres closes » à tous les Baillis et Sénéchaux du royaume, à n'ouvrir « qu'à jour dit ».

Ce matin du vendredi 13, de Nogaret lui-même, dirige l'arrestation de près de Cent Quarante Templiers de la Maison Centrale de Paris.

Sur tout le territoire, ils sont incarcérés, puis interrogés et torturés. Ceux qui réussissent à s'échapper sont repris le jour même. On leur propose le pardon ou la mort.

Très peu abjureront. Peu de temps après, ils sont condamnés au bûcher, et dés le 12 mai 1310, Cinquante Quatre Templiers sont brûlés à Paris.

La malédiction : Lors du Concile de Vienne, le 20 mars 1312, l'Ordre est dissout, et leurs biens sont confisqués.

Ce n'est que le 18 Mars 1314, que le Grand Maître des Templiers, Jacques de Molay monte sur le bûcher.

Ce jour-là, il va maudire ses tortionnaires, pour leur « traîtrise du vendredi 13 ».

En effet, la veille, le jeudi 12 Octobre 1307, Jacques de Molay assistait aux obsèques de Catherine de Valois, belle sœur du roi, pendant lesquelles, il porta même un des « Cordons du Poêle », honneur suprême.

La Mémoire populaire retiendra la mort du pape Clément V, à Roquemaure du Gard, dans la nuit du 19 au 20 avril 1314,

puis celle de Philippe le Bel, dans les six mois qui ont suivi, comme le prévoyait la malédiction de Jacques de Molay.

« Pape Clément, roi Philippe, Chevalier Guillaume, avant qu'il soit un an, je vous cite à comparaître au tribunal de Dieu ! Maudit ! Maudit ! Soyez maudits jusqu'à la septième génération ! »

A Nîmes et sa région, tout a commencé par cette « lettre close » du 14 septembre 1307, adressée à Bertrand Jourdain de l'Isle, Sénéchal de Beaucaire.

Les chevaliers du roi, Henry de la Celle et Oudard de Maubuisson, sont nommés commissaires de la sénéchaussée, pour l'arrestation du 13 octobre.

La suite de cette mission est de faire l'inventaire de leurs biens, et de les interroger sur les faits qui leur sont reprochés.

De Nîmes, où réside le Sénéchal de Beaucaire, les ordres sont donnés, là aussi dans le plus grand secret, sur toute la région.

Ce vendredi 13, donc, aux premières lueurs du jour, les « Gens d'armes » de la sénéchaussée investissent près d'une dizaine de Commanderies, et plus d'une cinquantaine de maisons.

Trente-trois Templiers sont arrêtés à la commanderie d'Alès, quarante-cinq à Aigues-Mortes enfermés à la Tour de Constance, soixante à Beaucaire et cent cinquante à la commanderie de Nîmes ; soit deux cent quatre-vingt-huit membres de l'Ordre.

C'est dire l'importance de la Maison de cette ville, à Paris par exemple, ils n'étaient que cent quarante.

Parmi les Templiers arrêtés dans notre région, il y avait quelques commandeurs, et quelques chevaliers, mais surtout, un très grand nombre de servants.

Ils venaient des maisons où eurent lieu les arrestations, mais aussi des maisons de Calvisson, Aubais, Générac, Montfrin, et Saint-Gilles.

A Alès, certains même, venaient des commanderies de Montpellier, Jallès en Ardèche et Le Puy-en-Velay.

Dès le 8 novembre 1307, de Maubuisson lui-même, dirige les interrogatoires des prisonniers d'Aigues-Mortes, où était retenu Bertrand de Falgues, Commandeur de Saint-Gilles.

Le 16 novembre suivant, il poursuit ses investigations à Nîmes, c'est le début de l'Inquisition et des tortures.

En 1308 et 1309, débutent les enquêtes pontificales, Clément V est déjà installé en Avignon depuis 1305, l'évêque de Nîmes Bertrand de Languissel prend à son tour les réponses des Templiers.

On transférait facilement les détenus d'une prison dans l'autre, d'Aigues-Mortes à Alès, ou de Beaucaire à Nîmes, pour éviter les « réponses convenues » et les faire passer entre les mains de plusieurs inquisiteurs différents.

Il y a eu torture, et peut-être bûcher. Toujours est-il qu'en juin 1310, le Concile de Nîmes prononça la condamnation des Templiers du Languedoc.

Certains meurent sous la torture, d'autres se parjurent et sont libérés, d'autres enfin sont transférés à Carcassonne ou à Paris et passeront par le bûcher entre 1310 et 1314. Vers la fin de 1312, vingt-deux Templiers, arrêtés en 1307 et incarcérés à Alès, sont absouts.

A cette même époque, Guillaume de Nogaret achète de nombreux biens sur Nîmes, sa région, et en Vaunage, avant de mourir au printemps 1313, à Paris.

A Montpellier et ses environs, les évènements de 1307 ont marqué, là aussi l'histoire de notre région.

Lors de l'inventaire des biens des Templiers, entamé dés la fameuse « lettre close » du 14 septembre, car il fallait bien répertorier les sites avant d'organiser les arrestations du vendredi 13 au matin, Oudard de Maubuisson donne une liste impressionnante de commanderies et de maisons, dépendantes de l'Ordre en Provence, réparties le long de la côte méditerranéenne, et limitées au Nord, par les autres possessions du Temple en Quercy et Rouergue.

Ce patrimoine, dans certains cas, est encore bien visible de nos jours.

Il faut citer à l'Ouest de Montpellier les commanderies du Mas neuf et de Launac, à l'Est Vauguières près de Mauguio, puis Castries et Saint-Michel de Bannières, Lunel et Marsillargues, et enfin Bruyère, sur la commune actuelle de Saint Christol.

Dans un périmètre plus large, autour de Montpellier, on notera Lodève, Clermont-l'Hérault, Tiberet, Cazouls, Nébian, Pézenas, Peyrat et Périès, pour ne citer que les plus significatives.

Imaginons qu'il en est de même pour l'Aude avec Narbonne, Douzens, Carcassonne, Bezu ou Campagne sur Aude, on comprend facilement que sur la France entière, près de trois milles commanderies ont été visitées, ce vendredi 13, au même instant.

C'est cette dernière prouesse, pour l'époque, qui rend l'évènement aussi exceptionnel. Tous les Templiers ont été arrêtés, enfermés dans les places fortes, de Nîmes à Carcassonne, certains même, à l'intérieur de leurs propres commanderies, dans lesquelles ils ont subi la Question, et parfois la torture.


Après son arrestation à Aigues-Mortes, puis son transfert à Alès pour interrogatoires sous la torture, le Commandeur de Saint-Gilles, Bertrand de Falgues, appelé sur certains documents Bernard de Salgues, finira par faire des aveux le 29 août 1311, quatre ans plus tard.

Il était accompagné de Pons Gaillard, Commandeur de Launac, et Bertran da Silva, chevalier lui aussi de la Maison de Montpellier.

Ce même jour, ils avouent tous les trois, qu'à Montpellier une « Tête magique » est conservée, et qu'elle est apparue sous la forme d'un « Chat parlant la langue des hommes ».

Selon la tradition, un trésor serait enfoui à l'emplacement de la commanderie de Montpellier.

Le 20 mars 1312, Clément V, par le Concile de Vienne, confisque tous les biens ayant appartenu aux Templiers pour les confier à la Couronne, puis plus tard aux Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem.

Entre temps, certains droits, et quelques domaines ont été acquis par des Seigneurs peu scrupuleux. Nous ne retiendrons que Guillaume de Nogaret, qui avait déjà réalisé la même démarche en 1294, avec les biens des Anglais, et en 1306, avec ceux des Juifs, sur notre seul Languedoc



Source : Philippe Ritter — L’ordre des Templiers —
http://nonnobisdominenonnobissednominituodagloriam.unblog.fr



Billet proposé par Aron O’Raney