Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

L'eau Dans L'agriculture, En Route Vers Une Catastrophe Mondiale ?





L’eau est essentielle à la vie et à l’agriculture.
Une étude révèle l'origine des eaux utilisées dans le monde pour irriguer les champs. Le résultat : 20 % des ressources utilisées proviendraient de sources épuisables.
Ce nombre a été multiplié par trois en quarante ans. Le réchauffement climatique aurait aussi son mot à dire. En cas de crise, l’ensemble de la Planète sera concerné...


Une sécheresse a sévi en France durant l’année 2011;et de nombreux cultivateurs se sont retrouvés dépourvus face au phénomène.

Cet événement nous rappelle à quel point l’agriculture est dépendante de l’eau, et donc, dans beaucoup de cas, des systèmes d’irrigation.

À l'échelle de la Planète, 17 % des champs seraient équipés de dispositifs d’arrosage, et ils fourniraient à eux seuls 40 % à la production mondiale agricole.


L’eau utilisée en agriculture peut avoir plusieurs origines.

- Les eaux vertes proviennent des précipitations. Elles sont stockées temporairement dans les sols.

- Les eaux bleues sont pompées dans les rivières, les lacs ou encore dans les nappes phréatiques, mais de manière durable.

- La troisième source correspond aux eaux extraites de réserves qui se renouvellent peu ou pas.

Des chercheurs de l’université d’Utrecht au Pays-Bas menés par Marc Bierkens, ont décidés d’étudier la provenance des eaux d’irrigation utilisées dans le monde.

Leurs résultats, publiés dans Water Resources Research, sont inquiétants.

Le recours à des ressources d'eau sans réelle gestion durable a triplé entre 1960 et 2000, passant de 75 à 234 km3 par an.


Mais qu'arrivera-t-il lorsque les réserves seront épuisées ?



La carte (a) présente la quantité d'eau extraite du sol par les différents pays en 2000 (en km3/an).
La seconde infographie (b) montre les demandes en eau pour irriguer les cultures dans le monde entier (km3/an).
La représentation du bas (c) illustre avec quelle précision le modèle peut représenter les régions qui pompent de l'eau dans les sous-sols pour irriguer les cultures. Cette carte est beaucoup plus précise que la représentation (a), car elle permet de mieux cerner les problèmes. © Wada et al. 2012, Water Resources Research


Gestion non durable de l’irrigation des cultures

Les scientifiques ont utilisé des données géographiques, hydrographiques et satellitaires pour modéliser et cartographier la consommation en eau dans l’agriculture mondiale.

Leur programme ne se borne pas aux frontières d’un pays, Il permet d’étudier chaque région du Globe.


Les résultats importants sont repris ci-dessous.

En 2000, près de 20 % de l’eau d’irrigation provenaient de sources qui ne sont pas durables.

À elle seule, l’Inde a extrait 68 km3 de cette ressource en 1 an. Elle est suivie par le Pakistan (35 km3/an), les États-Unis (30 km3/an), l’Iran (30 km3/an), la Chine (20 km3/an), le Mexique (10 km3/an) et enfin, l’Arabie Saoudite (10 km3/an).

Ces eaux sont principalement utilisées dans des régions semi-arides.

Certaines contrées utilisent majoritairement des eaux fossiles; Sans surprise, ces pays sont : le Qatar, les Émirats arabes unis, l’Arabie Saoudite et la Libye.

Ils sont souvent cités en exemple pour illustrer le phénomène du verdissement des déserts.

Conséquences économiques mondiales

Plus surprenant, certains pays recourant principalement aux eaux bleues des lacs et rivières et vertes des pluies, pourraient se retrouver en déficit hydrique à cause du réchauffement climatique (diminution de la pluviométrie).

L’Algérie, le Maroc, l’Espagne et l’Italie sont particulièrement concernés.

En cas de pénuries d’eau, les conséquences économiques se ressentiraient à l’échelle planétaire.

La France n’importe-t-elle pas d’énormes quantités de fruits et légumes d’Espagne et du Maroc, deux des pays cités ci-dessus ?

Que se passerait-il au niveau du prix des aliments si ceux-ci venaient à se raréfier ?

Une diminution de la production agricole mondiale pourrait également avoir de graves conséquences sanitaires alors que la population ne cesse d’augmenter…

Cette étude a le mérite de rappeler l’urgence de la situation dans laquelle nous nous trouvons face à la problématique de l'irrigation des terres agricoles.



Les cultures réalisées dans le désert (ici en Lybie) ont une forme ronde particulière. Elle est liée à l'utilisation du matériel d'irrigation qui tourne en rond autour d'un axe central. © futureatlas.com, Flickr, CC by 2.0



Quentin Mauguit. Futura-Sciences



Billet proposé par Aron O’Raney