Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Heureux Les Pauvres !





Un matin,
l’aurore a déchiré le voile des ténèbres.


Une nuit,
celui qui ressemble au jour
de la Résurrection s’est levé.


Il a détruit les obstacles,
il a jeté un regard
sur son propre « Moi ».


Ce qu’aucune langue n’a exprimé,
celui qui n’a ni tête
ni oreilles l’a entendu.


Quand l’amour apparaît,
la chair ne peut
supporter tant de joie,

Mais puisqu’il t’anéantit,
où se posera la joie ?


Pauvreté a pris les devants :
elle a escaladé marche sur marche.

C’est la Pauvreté
aux clés bénies
qui va ouvrir les verrous.


Celui qui est tué par
la concupiscence est impur ;

celui qui est tué
par l’intelligence est pur.


Mais la Pauvreté a dressé sa tente
au-delà
du pur et de l’impur.


Les cœurs des amants mystiques
se rassemblent tous
autour de la Pauvreté :

La Pauvreté est le cheikh des cheikhs ;
tous les cœurs sont ses disciples.


Quand à Tabriz
mes yeux ont vu Shams-e-Haqq,

Dieu leur a dit :

« Vous êtes remplis. »


Ils répondirent :

« Y en a-t-il encore (1) ? »



(1). Coran, L, 29, in Le Noble Coran, op. cit.


OM, No 890.

Djalâl ad-Dîn Rûmî

Billet proposé par Aron O’Raney