Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Découvrez Le Visage De Meresamun, La Prêtresse De Luxor



Crédit : Anna Ressman/Oriental
Institute/University of Chicago

La technologie permet aujourd'hui de retrouver, en partie du moins, la physionomie d’êtres humains disparus depuis des milliers d’années.
C’est le cas de Meresamun, une prêtresse-musicienne du temple de Karnak qui vivait il y a 2.800 ans environ. Sa momie a été passée au scanner et son aspect physique reconstitué par des spécialistes.


Acquis en 1920 par James Henry Breasted (1865-1935), archéologue et historien spécialisé en égyptologie membre de l’Université de Chicago, le sarcophage et la momie de Meresamun, ce qui peut se traduire par l’aimée d’Amon, viennent de livrer plusieurs secrets sur la vie et l’aspect d’une membre du clergé égyptien qui vivait à Thèbes, aujourd’hui Louxor, probablement vers 800 av. J.-C..

Les inscriptions sur le sarcophage lui-même ont non seulement indiqué le nom de la personne dont il contenait la momie, mais aussi sa fonction. Il s’agissait d’une prêtresse vouée au culte d’Amon dans le temple de Karnak.

Elle était chanteuse et musicienne. La qualité du sarcophage composé de lin et de plâtre atteste aussi qu’elle devait provenir d’une famille riche et prospère à cette époque.

La momie elle-même ne mesure que 1,45 mètre environ. La taille de Meresamun peut apparaître petite, mais c’est sans compter l’effet du procédé de momification et la déshydratation qui l’a accompagnée.

Selon les estimations des chercheurs qui ont étudié la momie, la prêtresse devait en fait mesurer plus de 1,65 m ce qui est plutôt grand pour une Egyptienne de cette époque.

En septembre 2008, sa momie a été passée au scanner avec l’un des appareils les plus modernes du genre. Une telle machine permet d’obtenir en deux battements de cœur seulement une série d’informations complète sur l'activité cardiaque.

Dans le cas de Meresamun, trente milliards de mesures individuelles ont été acquises en seulement une heure à l’aide de 256 coupes obtenues avec le scanner baptisé Brilliance iCT. Il y a quelque temps, la momie de Toutankhamon a elle aussi subi un examen de ce genre.

Même le sarcophage de la momie ne peut la dissimuler au regard perçant de ce nouveau genre de scanner qu'est le Brilliance iCT.

Crédit : Anna Ressman/Oriental Institute/University of Chicago
Les données obtenues ont été riches en enseignements.

Par exemple, la densité et la taille des os de Meresamun, bien qu’elle soit morte jeune (vers 29 ou 30 ans très probablement), confirment qu’elle n’a jamais souffert de dénutrition et donc qu’elle appartenait bien à une famille aisée.

Les images du squelette de Merseamun fournies par le Brilliance iCT sont spectaculaires. C'est la première momie à bénéficier de cette technologie.


Crédit : Anna Ressman/Oriental Institute/University of Chicago

Meresamun est devenue une star qui possède même sa page Facebook. L’Oriental Institute Museum de l’Université de Chicago lui consacre une exposition spéciale depuis quelques mois, qui durera jusqu’au 6 décembre 2009.

Il faut dire que l’emploi du scanner a permis à deux artistes experts en médecine légale d’employer l’un un ordinateur l’autre des techniques plus classiques pour reconstituer la physionomie de Meresamun.

La vidéo montre les différentes étapes de la reconstitution de son visage à l’aide d’un ordinateur effectué par Joshua Harker.
En utilisant le logiciel et la technologie la plus moderne en imagerie médicale, l'artiste spécialisé en médecine légale Joshua Harker a reconstitué à l'aide des images 3D fournies par un scanner de dernière génération le visage de la prêtresse d'Amon Meresamun.
L'aspect final selon Harker est donc celui-ci.

Crédit : Josh Harker
Parti des mêmes données médicales, mais sans logiciel de reconstitution de médecine légale en 3D, un autre spécialiste du domaine travaillant pour le Department of Justice/Maryland State Police Missing Persons Unit, Michael Brassell, est quant à lui parvenu au résultat ci-dessous, significativement différent bien que présentant de nombreux points communs.

Crédit : Michael Brassell
L’exposition consacrée à Meresamun contient aussi de nombreux objets similaires à ceux qu’elle devait posséder pendant sa vie.

On peut aussi y apprendre qu’elle ne devait travailler que pendant une période d'un mois à l’intérieur du temple de Karnak puis devait probablement diriger des boulangers et des brasseurs au service du temple pendant les trois mois avant de se consacrer à nouveau au culte d’Amon.

On pense que les prêtresses musiciennes appartenaient à des familles dont plusieurs générations de femmes occupaient le même rôle et y préparaient leurs filles.

Les femmes de l’Egypte ancienne jouissaient des mêmes droits que les hommes, pouvaient divorcer et posséder des biens qu’elles administraient comme bon leur semblait.


Le sarcophage de Meresamun.
Crédit : Anna Ressman/Oriental Institute/University of Chicago

Futura-Sciences — Laurent Sacco —

Texte proposé par Aron O’Raney