Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Cherche La Voie






Cherche-la voie en éprouvant toute expérience, et rappelle-toi qu'en te disant cela, je ne veux pas dire : « Cède aux  séductions des sens afin de les connaitre ».

Tu peux agir ainsi avant de devenir un occultiste, mais non pas après.

Lorsque tu as choisi le sentier et que tu y es entré, tu ne peux céder sans honte à ces séductions.

Cependant, il t'est permis de les éprouver sans horreur ; tu peux les peser, les observer, les analyser, et attendre, avec une patience confiante, l'heure où elles ne t'affecteront plus.

Mais ne condamne pas l'homme qui succombe ; tends-lui la main comme à un frère pèlerin dont les pieds sont alourdis par la fange.

Rappelle-toi, ô disciple, que l’abîme peut être énorme entre l’homme vertueux et le pécheur, mais qu’il est plus énorme encore entre l’homme vertueux et celui qui est arrivé à la Connaissance ; il est sans limites entre l’homme vertueux et celui qui est au seuil de la Divinité.

C’est  pourquoi garde-toi de t’imaginer que tu ne fais plus partie de la masse.

Lorsque tu auras trouvé le commencement de la Voie, l'étoile de ton âme fera voir sa lumière et, à sa clarté, tu  percevras combien grande est l'obscurité dans laquelle elle luit.

L'intellect, le cœur, le cerveau, tout est obscurité, tout est ténèbres jusqu'à ce que la première grande bataille ait été gagnée.

Ne sois point terrifié ni découragé à cette vue ; garde tes yeux fixés sur la petite lumière et elle grandira.

Mais que ces ténèbres, en toi-même, t'aident à comprendre la détresse de ceux qui n'ont vu aucune lumière et dont les âmes vivent dans une nuit profonde.

Ne les blâme pas.

Ne te détourne pas d'eux, mais essaie de soulever un peu de ce lourd Karma du monde ; donne ton aide aux  quelques fortes mains qui empêchent les pouvoirs ténébreux d'obtenir une victoire complète.

Tu entreras alors dans une Association de joie qui impose assurément un labeur terrible et de profondes tristesses, mais aussi une vive et toujours grandissante félicité.

Sois prêt à voir s’épanouir la fleur dans le silence qui suivra l’orage ; pas avant.

Elle croîtra, elle s'élèvera, elle produira des branches et des feuilles et formera des bourgeons au sein même de la tempête et pendant toute la durée de la lutte.

Mais sa fleur ne s'ouvrira pas avant que la personnalité entière de l'homme soit dissoute et détruite ;

pas avant qu'elle soit tenue, par le fragment divin qui l'a créée, comme un simple sujet d'épreuve et de grave expérience ;

pas avant que la nature entière ait cédé au Soi supérieur et lui soit devenu soumise.

Un calme alors surviendra, semblable à celui qui se répand sur les contrées tropicales après une pluie d'orage, calme où la nature opère avec une telle rapidité que son action devient visible.

C'est ainsi que la paix descendra sur l'esprit harassé.

Et dans le silence profond surviendra l’événement mystérieux qui fera connaître à l'âme qu'elle a trouvé la Voie.

Donne-lui le nom qu'il te plaira :

c'est une voix qui parle là où il n'y a nul être pour parler ;

c'est un messager qui vient, messager sans forme ni substance ;

— ou c'est encore la fleur de l'âme qui s'est ouverte.

Il ne peut être décrit par aucune métaphore.

Mais on peut aller à sa rencontre, le désirer, le chercher, alors même que la tourmente fait rage.

Le silence peut durer un moment ou un millier d'années.

Mais il prendra fin.

Cependant tu emporteras sa force en toi.

A maintes reprises la bataille doit être engagée et gagnée.

Pour un intervalle seulement, la nature peut être tranquille.


Les règles ci-dessus sont les premières qui sont écrites sur les murailles du  Temple de l'Enseignement :


Ceux qui demandent, recevront.
Ceux qui désirent lire, liront.
Ceux qui désirent apprendre, apprendront


LA PAIX SOIT AVEC VOUS.





La Lumiére Sur Le sentier — I, 27,32 — Note IV —
Traité sur la Sagesse Orientale —



Billet proposé par Aron O’Raney