Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Ton Salut Est À l’Intérieur






Ne désire que ce qui est en toi.
Ne désire que ce qui est au-delà de toi.
Ne désire que ce qui est hors d’atteinte.

Car en toi se trouve
la Lumière du monde,

L’unique Lumière qui puisse être
répandue sur le Sentier.

Si tu es incapable
de la percevoir en toi-même,
inutile de la chercher ailleurs.

Elle est au-delà de toi parce qu’en
la rejoignant tu as perdu ton Moi.

Elle est hors d’atteinte
parce qu’elle recule indéfiniment.

Tu entreras dans la lumière,
mais jamais tu ne toucheras la flamme.


Désire le pouvoir avec ardeur.
Désire la paix avec ferveur.

Désire les possessions
par-dessus toute chose.

Mais ces possessions-là
doivent appartenir
exclusivement à l’âme pure,

Et être, par conséquent,
possédées d’une manière égale
par toute âme pure.

Elles ne seront donc
la propriété spéciale
du Tout qu’au jour
où ce Tout ne fera qu’Un.

Convoite des possessions
que l’âme pure puisse conserver,
afin d’accumuler des richesses

Pour cet esprit collectif de vie,
pour cette unité qui seule,
est ton Soi véritable.

La paix que tu désireras
est cette paix sacrée
que rien ne peut troubler

Et dans laquelle l’âme croît
comme la fleur sainte sur
les lagunes silencieuses.

Et ce pouvoir que le disciple
doit convoiter est celui
qui le fera paraître
comme rien aux yeux des hommes.


La Lumiére Sur Le sentier — I, 19-20 —
Extraits d’un Traité sur la Sagesse Orientale -



Billet proposé par Aron O’Raney