Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Point De Vue Sur L’Enseignement de Ramana Maharshi



Selon Ramana Maharshi, le corps physique auquel nous nous identifions est sans importance.

Seul le Soi qui est la pure « conscience d’être » doit se découvrir grâce à la quête incessante : du « Qui suis je ? » l’Atma Vichara.

Le Soi est silence, imperceptible par les sens et inconcevable par l'intellect.

C'est cette présence absolue qui seule « Est » demeurant immuable.

Tandis que tout se forme, se transforme et se déforme dans l'univers, « Cela » ne meurt pas, ne nait pas et demeure en chacun.

Chacun de nous répète sans cesse « Je », sans s'interroger sur la source du sentiment d’être, et en identifiant ce « Je » au corps, sans aucune investigation réelle sur cette question.

Or c'est tout le contraire, la "Conscience en Soi", c'est-à-dire en elle-même, indépendamment de la « Conscience De », est en vérité la source invisible de tout.

Cette Réalisation peut se faire au cours de l'existence et met fin à la souffrance qui n'est autre que l'effet de l'ignorance de qui nous sommes.

Le Maharshi exhortait ceux qui l'écoutaient à se poser inlassablement la question « Qui suis-je ? », indiquant ainsi la direction que le chercheur doit prendre pour couper la racine même de l'Illusion cette « Mâyâ » associée à l'identification avec le « Je » qu’est « Jiva » ou « Ahamkara ».


Source : http://usui.e-monsite.com/


Texte proposé par Aron O’Raney