Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Ouverture Sur La Profondeur






Avant que les yeux puissent voir,
ils doivent être devenus
inaccessibles aux larmes.

Avant que l’oreille puisse entendre,
elle doit avoir perdu toute sensibilité.

Avant que la voix puisse parler
en la présence des maîtres,
elle doit être incapable de blesser.

Avant que l’âme puisse se tenir debout
en la présence des maîtres,

ses pieds doivent être lavés
dans le sang du cœur.


Tue l’ambition.
Tue le désir de vivre.
Tue le désir du bien-être.

Travaille comme travaillent
ceux qui sont ambitieux.

Respecte la vie comme font
ceux qui la désirent.

Sois heureux comme le sont
ceux qui vivent pour le bonheur.


Cherche en ton cœur la racine du mal
et détruis-la.

Elle vit, féconde, dans le cœur
du disciple dévoué
comme dans le cœur de l’homme de désir.

Seul, le fort peut la détruire.

Le faible doit attendre sa croissance,
son épanouissement, ou sa mort.

C’est une plante qui vit
et se développe à travers les âges.

Elle fleurit lorsque l’homme a accumulé
sur sa tête des existences innombrables.


Celui qui veut entrer
dans le sentier du pouvoir
doit arracher cette chose de son cœur.

Le cœur alors saignera,
et la vie de l’homme semblera entièrement dissoute.

Cette épreuve doit être subie :

Elle peut se présenter dès
le premier échelon de l’échelle
périlleuse qui mène au sentier de vie ;

Elle peut tarder jusqu’au dernier.

Mais souviens-toi, ô disciple,
qu’elle doit être subie,
et concentre sur cette tâche
toutes les énergies de ton âme.


Ne vis ni dans le présent ni dans l’avenir,
mais dans l’éternel.

Cette ivraie géante ne peut y fleurir.

Pour effacer cette souillure de l’existence,
il suffit de la seule atmosphère
de l’éternelle Pensée.


La Lumiére Sur Le sentier - I, 9..11 -
Extraits d’un Traité sur la Sagesse Orientale -



Billet proposé par Aron O’Raney