Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Le Sage Et Les Hommes





XXVII


Celui qui sait marcher dans le Tao
ne laisse pas de traces ;

celui qui sait parler
ne commet point de fautes ;

celui qui sait compter
ne se sert point d’instruments de calcul ;

celui qui sait fermer quelque chose
ne se sert point de verrou,

Et il est impossible de l’ouvrir ;

celui qui sait lier quelque chose
ne se sert point de cordes,

Et il est impossible de le délier.


De là vient que le Sage
excelle constamment à sauver les hommes ;

c’est pourquoi il n’abandonne pas les hommes.


Il excelle constamment à sauver les êtres ;
c’est pourquoi il n’abandonne pas les êtres.

Cela s’appelle être doublement éclairé.


C’est pourquoi l’homme vertueux
est le maître de celui qui n’est pas vertueux.

L’homme qui n’est pas vertueux
est le secours de l’homme vertueux.

Si l’un n’estime pas son maître,
Si l’autre n’affectionne pas
Celui qui est son secours,

Quand on leur accorderait
Une grande prudence,
ils sont plongés dans l’aveuglement.


Voilà ce qu’il y a de plus important
et de plus subtil !




La Voie Du Tao, Livre I — XXVII – 31
Texte Proposé par Aron O’Raney