Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Jean Baptiste Est Venu À Vous,




Saint Jean Baptiste (1513-1516),
par Léonard de Vinci (musée du Louvre).


Jean Baptiste est venu à vous, vivant selon la justice, et vous n'avez pas cru à sa parole


Jean Baptiste enseigne en paroles et en actes.

Vrai maître, il montre par son exemple ce qu'affirme son langage. Le savoir fait le maître, mais c'est la conduite qui confère l'autorité...

Enseigner par les actes est la seule règle de celui qui veut instruire.

L'instruction par les paroles, c'est le savoir ; mais quand elle passe dans les actes, c'est la vertu.

Est donc authentique le savoir joint à la vertu : c'est elle, elle seule qui est divine et non humaine...


« En ces jours-là, survient Jean le Baptiste, proclamant dans le désert de Judée : 'Convertissez-vous, car le Royaume des cieux est tout proche' » (Mt 3,1-2). «

Convertissez-vous. » Pourquoi ne dit-il pas plutôt :

« Réjouissez-vous » ? « Réjouissez-vous plutôt, parce que les réalités humaines cèdent la place aux réalités divines, les terrestres aux célestes, les temporaires aux éternelles, le mal au bien, l'incertitude à la sécurité, le chagrin au bonheur, les réalités périssables à celles qui demeureront toujours.

Le Royaume des cieux est tout proche. Convertissez-vous. »

Que ta conduite de converti soit évidente.

Toi qui as préféré l'humain au divin, qui as voulu être esclave du monde plutôt que vainqueur du monde avec le Seigneur du monde, convertis-toi.

Toi qui as fui la liberté que les vertus t'auraient procurée parce que tu as voulu subir le joug du péché, convertis-toi ; convertis-toi vraiment, toi qui, par peur de posséder la Vie, t'es livré à la mort.



Saint Pierre Chrysologue (v. 406-450), évêque de Ravenne, docteur de l'Église
Sermon 167 ; CCL 248, 1025, PL 52, 636 (trad. Matthieu commenté, DDB 1985, p. 34 rev.)
Billet proposé par Aron O’Raney