Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Connaître Un Peu Ramana Maharshi


(1879-1950)
Ramana Maharshi est un maître de l'Advaita Vedanta, il est né le 30 décembre 1879 et mort le 14 avril 1950.

Son enseignement est essentiellement centré sur le Soi et l’interrogation « Qui suis-je ? ».

Il est considéré comme l'un des grands maîtres traditionnels de l’école philosophique du Vedanta.
Ramana est né dans un village près de Madura dans le sud de l’Inde en 1879 ; son père magistrat et brahmane, avait la réputation d’être un homme charitable.

Enfant, il apprit quelques rudiments d’anglais à l’école des missionnaires américains ; il aimait aussi les jeux, le sport et ne témoignait pas d’un intérêt particulier pour la religion ou la philosophie.

Il avait des accès de somnambulisme suivis d’un sommeil si profond que ses camarades pouvaient le battre sans qu’il se réveillât.

Un jour, un parent en visite chez lui, raconta qu’il revenait d’un pèlerinage à un grand temple situé au pied de la colline Arunachala, qui surplombe la petite ville de Thiruvanamalaï dans le Tamil Nadu.

Le nom de ce lieu fit une profonde impression sur Ramana.

En juin 1896, alors qu'il avait seize ans et qu'il se trouvait dans une chambre au domicile de son oncle, il fut saisi soudainement de l’angoisse de la mort.

Il se questionna intensément sur la signification de la mort ; et il connut alors une extase consciente, où il perçut les véritables sources du « moi », à l’essence de l’être.

Cette expérience mystique le transforma complètement, il perdit toute trace de peur ou de désir pour quoi que ce soit, et il réalisa pleinement la distinction entre le corps physique et la conscience immortelle, autrement dit entre l'existence éphémère de la personnalité et la Vie impersonnelle.

Il rechercha dès lors la solitude afin de se livrer à la méditation et retrouver le courant de la vie intérieure dans laquelle il s’absorbait.

Ayant perdu tout intérêt pour les choses du monde, il s’enfuit de chez lui pour se rendre au temple d’Arunachala. Il y demeura six mois durant lesquels il resta plongé dans une méditation profonde.

Ce lieu de culte étant fort fréquenté par les pèlerins, il chercha un lieu plus calme et propice au recueillement solitaire.

Il se retira alors dans un petit sanctuaire puis, durant des années dans une grotte de la colline d'Arunachala, toujours immergé dans la méditation.

Il vécut ainsi en ermite, mendiant à l'occasion un bol de riz, comme c'est l'usage en Inde, et sans jamais tenter de convaincre quelqu’un, ni d'enseigner quoi que ce soit.

Un dévot touché par sa ferveur, s’attacha spontanément à sa personne, et durant des années le veilla.

Un jour Ramana eut la visite de l’illustre pandit Ganapati Shastri, qui fut dès lors à l’origine de ce que l’on pourrait appeler la vie mondaine du Maharshi.

Le pandit reconnaissant en Ramana un grand Maître, le supplia de l’accepter comme disciple.

C’est à partir de ce moment là, que le titre de Marharishi commença à être donné à Ramana.

Un petit groupe de disciples se forma autour de lui, ils construisirent un bungalow sur la colline puis un ashram.

La réputation de Ramana ne cessa de grandir alors dans tout le pays ; et les dévots reconnurent en lui un « Jivan Mukta », un libéré vivant ayant atteint le but décrit dans les écritures sacrées.

Ramana devint, sans l'avoir voulu ni refusé, le maître de milliers de disciples qui virent en lui l'un des plus grands sages de l'Inde.

Dans toute l'Inde contemporaine, il fut désormais connu sous le nom de « Sri Ramana Maharshi ».

Texte proposé par Aron O’Raney