Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Angéliques





Au long des ornières que dessert le destin
Ils cueillaient tendrement

la clarté du matin
Pour en tresser des couronnes sombres
A offrir aux morts
couchés dans l'ombre.

De leurs doigts gantés de lumière
Ils puisaient au ciel
ses rivières

Qu'ils déversaient en trombes sauvages
Sur les déserts où paissent
les mirages.

En marge du souffle brûlant des désirs
Au-delà de mémoires vagues
en délire

Ces silhouettes blanches
en contre-jour de vies ternes

Déversaient la clarté du matin
au creux des cavernes.


Mostafa Benhamza

Texte Proposé par Aron O’Raney