Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Une histoire pleine de lumière !







Personne n’osait passer dans un chemin où un serpent venimeux avait élu domicile.

Un « mahâtmâ » ayant un jour suivi cette route, des enfants qui gardaient les troupeaux se précipitèrent pour l’avertir.

« Je vous remercie, mes enfants, répondit le sage, mais je n’ai pas de crainte. D’ailleurs, je connais des mantras qui me protégeront contre toute attaque ».

Et il continua d’avancer.

Brusquement, le cobra se dressa contre lui.

Mais en approchant du Saint Homme, il se sentit soudain pénétré de la douceur du « yogi ».

Le Sage voyant le serpent prononça une formule magique et le serpent s’écroula à ses pieds.

Alors le Sage lui demanda :
« Mon ami, as-tu l’intention de me mordre ? »

Le serpent stupéfait ne répondit rien.

« Voyons dit le mahâtmâ, pourquoi fais-tu ainsi du mal à d’autres créatures ?

Je vais te donner une formule sacrée que tu répéteras constamment.

Ainsi tu apprendras à aimer Dieu, et en même temps tu perdras tout désir de faire le mal. »

Et il lui murmura la formule à l’oreille.

Le serpent s’inclina en signe d’assentiment, puis rentra dans son trou pour y vivre d’innocence et de pureté,

Sans n’avoir jamais plus le désir de blesser un être vivant.

Après quelques jours, les enfants du village voisin s’aperçurent du changement et, pensant que le serpent avait perdu son venin, ils se mirent à le tourmenter, à lui jeter des pierres et à le traîner sur les cailloux.

Le serpent grièvement blessé se laissa faire et alla se cacher dans son trou.

A quelque temps de là, le sage repassa par ce chemin et chercha le serpent, mais en vain.

Les enfants lui dirent que l’animal était mort, mais il ne put pas les croire.

Il savait en effet que le nom de Dieu a une telle puissance qu’on ne saurait en aucun cas mourir avant d’avoir résolu le problème de la vie, c’est-à-dire avant d’avoir réalisé Dieu.

Il continua donc d’appeler le cobra.

Finalement, celui-ci, qui était presque réduit à l’état de squelette, sortit de son trou et s’inclina devant son maître :

« Comment vas-tu, demanda le sage ? »

Fort bien, Seigneur merci, par la grâce de Dieu tout va bien.

« Mais pourquoi es-tu dans cet état ? »

Conformément à tes instructions, je cherche à ne plus faire de mal, à aucune créature : je me nourris maintenant de feuilles. C’est pourquoi j’ai un peu maigri.

« Ce n’est pas le changement de régime qui a suffi à te mettre dans cet état : il doit y avoir autre chose. Réfléchis un peu ! »

– Ah oui, je me souviens : les petits bergers ont été un peu durs pour moi, un jour, ils m’ont pris par la queue et m’ont fait tournoyer, me frappant contre des pierres.

Ces pauvres petits ne savaient pas que je ne les mordrais plus !

« Le Sage répondit en souriant : « Pauvre ami, je t’ai recommandé de ne mordre personne, mais je ne t’ai pas défendu de siffler pour éloigner les persécuteurs et les tenir en respect ! »

De même vous qui vivez dans le monde, ne blessez personne,

Mais ne laissez non plus personne vous molester !

Source : Auteur inconnu




Billet proposé par Aron O’Raney