Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Raison et Passion






« De La Raison Et De La Passion ... »

Votre âme est souvent un champ de bataille
où votre raison et votre jugement affrontent
votre passion et votre appétit.


Puissé-je pacifier votre âme,
transformant ainsi la discorde et la rivalité
de vos éléments en unité et mélodie !


Mais comment le pourrais-je,
si vous-mêmes ne pacifiez votre âme,
bien plus, si vous n’éprouvez
de l’amour pour tous vos éléments ?


Votre raison et votre passion
sont gouvernail et voiles
à bord du navire de votre âme.


Si les voiles ou le gouvernail se brisent,
vous ne pourrez qu’être ballottés
allant à la dérive
ou rester ancrés en haute mer.


Car la raison, gouvernant seule,
est une force limitée.

Et la passion, livrée à elle-même,
est une flamme qui brûle
jusqu’à se détruire elle-même.


Laissez donc votre âme élever la raison
jusqu’à la hauteur de la passion
afin qu’elle puisse chanter ;

Et que votre âme dirige
avec la raison votre passion,
afin que celle-ci puisse vivre chaque jour
sa résurrection et,
tel le phénix, renaître de ses propres cendres.


Je voudrais que vous considériez votre jugement
et votre appétit,
comme vous le feriez de deux convives
aimés dans votre foyer.


Certes, vous ne voudriez pas
honorer l’un plus que l’autre.


Car se soucier davantage de l’un,
c’est perdre l’amour et la confiance des deux.


Parmi les collines,
quand vous êtes assis à l’ombre fraîche
des peupliers blancs,
en partageant la paix et la sérénité
des prés et des champs lointains,
que votre cœur dise en silence :

« Dieu repose dans la raison. »


Et lorsque vient l’orage,
que le vent impétueux ébranle la forêt
et que les tonnerres et les éclairs
proclament la majesté du ciel,
que votre cœur terrifié dise avec déférence :

« Dieu se meut dans la passion. »


Et puisque vous êtes un souffle
dans la sphère de Dieu
et une feuille dans la forêt de Dieu,
vous aussi devriez reposer
dans la raison et vous mouvoir dans la passion. »




Khalil Gibran
Le Prophéte, P 65,67
Billet proposé par Aron O’Raney