Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Libye, Découverte D’une Civilisation Perdue…. Les Garamantes



Des pans de murs de quatre mètres de haut demeurent intacts.
Crédits photo : Toby Savage/University of Leicester.


La chute de Kadhafi a permis à des archéologues anglais de mener des recherches sur les Garamantes, un peuple antique perdu dans l'actuel Sahara.
Ceux que l'on pensait être de simples nomades s'avèrent être de grands bâtisseurs à la pointe de la technologie.

Les Romains, Virgile et Tite-Live en tête, nous les avaient présentés comme des barbares nomades, frustes, ignares et prompts à semer le trouble aux marges de l'empire. Dans Salammbô, Flaubert en faisait des mercenaires anthropophages de l'armée carthaginoise qui ne « respectaient aucun dieu ». Ces portraits peu reluisants des Garamantes, peuple préislamique qui habitait le sud de l'actuelle Libye depuis le IIIe millénaire avant notre ère, sont aujourd‘hui en passe de voler en éclats aux découvertes de chercheurs de l'Université de Leicester, permises par la chute de Kadhafi.

« Technologies de pointe »
Car c'est bel et bien une civilisation dotée d'un État, organisée en grandes agglomérations tournées vers le commerce transsaharien et maîtrisant des « technologies de pointe » qui a été mise au jour ces derniers mois.


Image satellite colorisée suivant les interprétations archéologiques. Les fortifications sont en noir, les zones d'habitations en rouge et les oasis en vert. Crédits phto Google, image copyright 2011 DigitalGlobe/University of Leicester

Grâce à l'utilisation de l'imagerie satellite, l'équipe britannique a découvert plusieurs villes datant de 100 à 500 ans après Jésus-Christ.
Plus de 100 fermes fortifiées, des villages surmontés de châteaux de briques de boue rouge, des cimetières ainsi qu'une multitude de puits et de systèmes d'irrigation sophistiqués sont apparus sur les clichés.
Une reconnaissance sur place a permis de certifier que la conservation des ruines, dont des pans de murs de quatre mètres de haut demeurent intacts, est miraculeuse.
Et pour cause, les vestiges sont situés au beau milieu d'une région saharienne particulièrement inhospitalière et aujourd'hui totalement déserte.
Ce qui était loin d'être le cas il y a 2000 ans :
« Des preuves suggèrent que le climat n'a guère changé au fil des années, mais que ce paysage hostile avec zéro précipitation était autrefois densément construit et cultivé », explique David Mattingly, le chef du projet.

Des ruines inconnues de Kadhafi
Ces recherches avaient jusqu'alors été menées avec une grande discrétion, sans y associer le gouvernement libyen.
Les universitaires assurent en effet que « ces colonies n'étaient pas connues du régime de Kadhafi », assez peu réputé pour sa rigueur dans la préservation des sites archéologiques, lui qui fut accusé en juillet dernier de cacher des armes dans les ruines romaines de Leptis Magna pour les préserver des frappes .
Le fantasque despote tombé, les découvertes peuvent aujourd'hui être révélées.
Forcée de quitter la Libye en février dernier à cause du conflit, l'équipe espère retourner sur place dès que sa sécurité sera assurée.
Afin de répertorier au plus vite ce patrimoine sorti des sables, le Service des antiquités libyennes, sans ressource sous l'ère Kadhafi, s'est vu accordé une aide conséquente de 2,5 millions d'euros venue des fonds européens et du Leverhulme Trust.
Ces ruines sont « les premières villes en Libye qui ne sont pas des traces de colonies de peuples méditerranéens comme les Grecs et les Romains », assure David Mattingly.
« Les Garamantes devraient être au centre de l'enseignement de l'histoire aux écoliers libyens, qui doivent apprendre leur histoire et leur patrimoine. »
En somme, une saine réécriture de l'histoire à mener en parallèle à la construction nationale de la Libye.

Le Figaro.Fr - Silvère Boucher-Lambert - le 17 novembre 2011

Billet proposé par Aron O’Raney