Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

La Dernière Heure d'Ötzi






Ci-dessus, la momie d’Ötzi photographiée en 2000 au musée de Bolzano, en Italie, alors qu’un chercheur prépare des prélèvements d’échantillons. (AP /Augustin Ochsenreiter, S.Tyrol Museum of Archaeology/Sipa)


De nouvelles découvertes permettent de mieux comprendre les événements précédant la mort d'Ötzi, cet homme naturellement momifié et découvert dans les Alpes il y a vingt ans.


Une mort violente confirmée

Près de cent experts de presque tous les continents étaient réunis pour le « 2e Congrès sur la Momie de Bolzano » qui s'est tenue à l'Académie européenne de Bolzano du 20 au 22 octobre 2011.

Leur but tenter de mieux comprendre le déroulement de la dernière heure de cet homme qui a vécu il y a cinq mille ans.

« Ötzi se sentait suffisamment en sécurité pour prendre une pause, et s'installer devant un copieux repas.

Pendant son repos, il a été attaqué, abattu par une flèche et laissé pour mort, » explique Albert Zink, chercheur spécialisé dans les momies.

L'analyse du corps révèle qu'il aurait été abattu par-derrière d’une flèche qui lui a perforé le poumon gauche et sectionné une artère près de l’épaule, provoquant une hémorragie.

Mais de nouveaux examens réalisés sur des échantillons de cerveau ont aussi montré des séquelles d'un traumatisme crânien qui aurait pu aussi causer sa mort.

On ne sait pas encore s'il a été provoqué par un coup ou par une chute sur le crâne.

Selon les spécialistes, il n'y a aucune preuve permettant d'établir que le corps ait été enterré comme cela a déjà pu être suggéré.

La position du corps, avec un bras pointant vers le haut, et l'absence de traces de sépulture semblent indiquer un ensevelissement naturel.

Des interrogations sur sa présence en altitude

Si les chercheurs sont maintenant même capables de reconstituer le dernier repas d'Ötzi (céréales, bouquetin et pomme) ils s'interrogent encore sur sa présence dans ce glacier alpin italien, près de la frontière avec l’Autriche à 3200 mètres d'altitude.

Lors du Congrès, les spécialistes ont réfuté la théorie selon laquelle Ötzi était un berger qui accompagnait ses bêtes paître sur les sommets durant l'été.

En effet les dernières découvertes archéologiques et botaniques indiquent qu'il n'y avait pas de migration saisonnière du bétail à l'époque où il vivait « entre 3 350 et 3 100 av. J.-C. ».

La transhumance proprement dite n'a commencé que vers 1500 av. J.-C.

On se sait donc encore rien des raisons exactes de son voyage dans les sommets alpins.

Découvert en 1991 dans un état de conservation exceptionnel, avec ses habits et ses armes, Ötzi est depuis 1998 exposé au musée d’archéologie de Bolzano, en Italie.


Sciences et Avenir.fr26 novembre 2011 — Joël Ignasse —




Billet proposé par Aron O’Raney