Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

L'ordre Des Chevaliers De Malte



Dans l'ordre : Les Chevaliers,
du Saint-Sépulcre, de Malte, Templier, d'Espagne, et Teutonique
Les Origines
L'ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem est fondé en 1113 en Palestine par Gérard Tenque pour soigner et protéger les pèlerins qui s'y rendaient.

Il devient un ordre religieux catholique, lors de sa consécration par la bulle du Pape Pascal II en 1113.

Gouvernés par un grand maître, les Hospitaliers faisaient vœu de chasteté, de pauvreté et d'obéissance.

Sur la demande de l’ordre, le pape Innocent II attribue aux Hospitaliers le drapeau à croix blanche en 1130 pour les différencier des Templiers qui portent la croix rouge.
En 1137, ils reçoivent de Foulques Ier, Roi de Jérusalem, la garde de la forteresse de Bath-Gibelin.

C'est le maître Hospitalier Raymond du Puy qui transforme l'Ordre charitable en ordre militaire vers l’an 1140, sans qu’il perde son rôle hospitalier.

En 1142, sur l’ordre de Foulques Ier, ils assurent la protection de la forteresse du krak des Chevaliers.

Après la perte de la Terre Sainte avec la prise de Saint Jean d'Acre en 1291, ils s'installent à Chypre la même année et conquièrent l'île de Rhodes sur les Byzantins en 1309.



Après la prise de Rhodes en 1522 par Soliman II le Magnifique, ils demandent un nouvel asile : Charles Quint leur cède l'île de Malte ; ils prennent alors le nom de Chevaliers de Malte.

Bien accueillis par les Maltais, les chevaliers améliorent les fortifications du fort Saint-Ange, sur le littoral méridional du Grand Port. Ces travaux s'avèrent, quelques années après, fort utiles.

En mai 1565, une puissante armée turque, groupant 38000 hommes montés sur 180 bateaux, apparaît au large des côtes de Malte.

L'île ne peut lui opposer que 9000 chevaliers et soldats maltais.

Soliman est décidé à faire disparaître l'ordre de Saint-Jean, et avec lui le christianisme, de la Méditerranée.

Pendant le violent assaut qui s'ensuit, et qui est appelé le Grand Siège, les deux parties adverses font preuve de courage.

Le fort Saint-Elme est le premier visé ; ses défenseurs l'abandonnent après une lutte qui dure près d'un mois :
1500 Maltais périssent.

De leur côté, les Turcs perdent 8000 hommes, parmi lesquels il faut citer le terrible Dragut, corsaire allié à Soliman.

Après cette bataille, les Turcs tentent de prendre le fort Saint-Michel, mais ils sont repoussés et subissent de lourdes pertes.

Ne se tenant pas pour battus, ils essayent ensuite de s'emparer du fort Saint-Ange.

Mais, après un engagement foudroyant, Soliman abandonne le siège le 8 septembre 1565, se retirant avec les survivants.


Ruines de la Cité des Chevaliers à Malte


Dans les années qui suivent l'héroïque défense de Malte, l'Ordre atteint l'apogée de sa gloire ; dans toute la chrétienté, les nobles cherchent à en grossir les rangs.

La capitale actuelle, La Valette, fondée en 1566, porte le nom de Jean Parisot de La Valette, grand maître de l'Ordre, qui défendit l'île pendant le Grand Siège.

Malte vit dans une relative indépendance sous l'influence des chevaliers ; ceux-ci ont leur armée, frappent monnaie et envoient des représentants diplomatiques aux cours d'Europe.

À la fin du XVIe siècle, les Maltais se distinguent de nouveau à la guerre.

Conduits par les chevaliers, des soldats de l'île prennent part à la victoire chrétienne de Lépante en 1571.

Mais, peu à peu, pour différentes raisons, l'esprit de l'Ordre s'altère.




En 1798, un Allemand, Ferdinand von Hompesch, vingt-huitième et dernier grand maître des chevaliers de Saint-Jean, se rend à Bonaparte après une résistance symbolique.

Les Français promulguent plusieurs lois impopulaires qui engendrent des soulèvements.

Les Maltais font appel à l'amiral anglais Nelson ; en peu de temps, avec l'aide des troupes britanniques, les troupes françaises sont défaites.

Le Traité d'Amiens, signé en 1802, rend l'île aux chevaliers de Malte, mais, sous la pression du gouvernement anglais, les Maltais demandent à être placés sous la protection de la Couronne britannique.

Ils sont prêts à reconnaître le roi d'Angleterre comme souverain, sous certaines conditions, telles que le maintien de la religion catholique.

Les Anglais acceptent cette offre et reconnaissent les Maltais comme sujets britanniques.

Au cours des ans, la Grande-Bretagne bâtit un arsenal entièrement équipé et concentre une flotte puissante dans les ports de l'île, ce qui en accroît la prospérité, en particulier pendant la guerre de Crimée et après l'ouverture du canal de Suez.

Durant la Première Guerre mondiale, l'Angleterre a l'occasion de mesurer l'importance de l'île comme base stratégique.

Malte fournit aux flottes alliées la possibilité de s'approvisionner en combustible ; elle constitue, en outre, un vaste hôpital.


L'ordre De Malte Aujourd'hui


L'Ordre de Malte entretient des relations diplomatiques avec quatre-vingt-quatorze pays.

Il est officiellement représenté auprès des principaux États européens, ainsi qu'à la Commission européenne, à l'OMS et à l'UNESCO.
L'Ordre étant souverain, il peut émettre Timbres, Monnaie, Passeports, et avoir ses ambassadeurs ; cependant, sa souveraineté est toute relative, car limitée et sans territoire, il est dépendant du Vatican.

L'Ordre de Malte est toujours officiellement militaire, même s'il n'a plus d’armée ; il est toujours catholique, et son Grand Maître a le rang de Cardinal.

Avant tout hospitalier ; sa fonction est encore bien réelle, elle fait de l'Ordre de Malte le plus ancien organisme humanitaire ; il est en quelque sorte la « Croix Rouge » Catholique.



La fête de l'Ordre de Malte a lieu le jour de la Saint-Jean-Baptiste, le 24 Juin. Tous les ans, les chevaliers français se réunissent ce jour-là au château de Versailles.

Jean Baptiste est en effet le saint protecteur de l'Ordre de Malte.

Il existe d'autres ordres de Saint-Jean ; ils ont tous la même croix dite de Malte.

Nombre de ses membres appartiennent à de vieilles familles, Bourbon, La Rochefoucauld, Polignac, Comminges en France ; l'on y trouve également, Juan Carlos, Albert de Monaco, Valéry Giscard d'Estaing, ou Emmanuel-Philibert de Savoie…

L'ordre des Chevaliers de Malte siège aujourd'hui à Rome.





Billet proposé par Aron O’Raney