Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Tendre La Main...



Quelle que soit l’excellence de nos qualités, elles n’acquièrent de véritable sens, qu’au travers des liens qui peuvent nous relier activement aux autres Êtres vivants.
La sympathie, l’amitié, l’amour, la compassion, l’altruisme, et toutes les autres qualités positives, ne trouvent leur pleine justification, qu’à partir du moment où elles sont en mesure d’exercer pleinement leurs effets bénéfiques chez « l’autre ».
En effet, A quoi pourraient donc servir toutes ces belles qualités, si nous étions seuls à les reconnaitre ?

Dans cette hypothèse, Il est tout au plus vraisemblable, que nous pourrions simplement nous enorgueillir, et aussi satisfaire sans doute encore davantage, un ego souvent déjà démesuré.

Nos qualités n’ont de raison d’exister, que si nous les cultivons et les partageons avec tous ceux qui sont dans la détresse, et la souffrance du corps ou de l’esprit.

Cela implique nécessairement, que nous allions vers eux, pour leur tendre une main secourable, sans rester égoïstement enfermés, dans l’ignorance de leur désespoir, de leurs malheurs, de leurs douleurs et plus encore... –

Ainsi, extirpé du sens universel qui le défini généreusement, le mot « amour » exprime au-delà; des sentiments, émotions, affection, dévouement, ou de la relation physique de deux corps ; le concept d’une pure alliance, de deux quintessences qui sont « L’autre » et « Moi ».
Le « Moi » doit être ici, à la hauteur de ses qualités, et pour ce faire, il doit aller à la rencontre de « L’autre », celui là même qui a cruellement besoin de « Moi ».
Alors seulement, l’homme véritablement « Bon », sera à même de justifier, de la réalité de ses qualités.
Aron O’Raney