Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Réflexion Sur Mystique Et Esoterisme




En quelques mots, nous voudrions proposer une réflexion pour distinguer "mystique" et "ésotérisme".

La "mystique" au sens propre consiste à vivre le plus possible uni à Dieu.

Par exemple, Marie de l’incarnation, une religieuse française du XVIIe qui avait été mariée, mère de famille et veuve, qui avait dirigé une entreprise de transport avant d’entrer chez les sœurs Ursulines, fut envoyée au Canada où elle construisit un collège pour jeunes filles françaises et indiennes.

Elle était tout le temps en union à Dieu que ce soit chez le notaire pour signer les actes ou avec les entrepreneurs pour suivre la construction.

Et même lorsqu’un hiver le bâtiment prit feu, et qu’on ne pouvait éteindre l’incendie parce qu’il faisait moins vingt degrés et que l’eau était gelée, Marie de l’Incarnation tomba à genoux dans la neige et loua Dieu.

Cette façon de tout vivre en union avec Dieu dans la vie quotidienne, que l’on soit religieux ou laïc, c’est la vie mystique.

On vit d’une certaine façon caché en Dieu, on est déjà entré dans le mystère sans fin de la vie éternelle, la vie avec Dieu.

Le Roi des Belges Baudouin s’efforçait de vivre de cette façon sa vie publique comme sa vie privée sans que rien ne parût nuire aux devoirs de sa charge ni à son amour d’époux.
Ainsi comprise, la vie mystique est ouverte à tous, il s’agit de laisser Dieu, par amour, vivre en nous.

Comme dit Saint Paul, ce n’est plus moi qui vis, mais c’est le Christ qui vit en moi.

La mystique n’est pas une disparition de la personne qui garde son caractère, son histoire, son génie même, et tout ce qui fait qu’elle est unique et lui permet d’être aimée.
Toutes les religions proposent elles une mystique ?

A l’évidence seulement celles qui ont rencontré Dieu comme personne et donateur de vie.

Dans ce sens, il n’est pas impossible à des Musulmans de vivre la mystique, Soufi ou non. Il est certain que le Soufisme met l’accent sur cette union à Dieu.

Mais est-ce toujours dans des conditions dignes de Dieu et de l’homme ?

C’est ici qu’il est nécessaire de voir la distinction radicale entre "mystique" et "ésotérisme".

Car l’Esotérisme tourne véritablement le dos à la Mystique.

Alors que la mystique est accueil de Dieu, de sa révélation et de son amour, l’ésotérisme prétend donner le pouvoir d’acquérir Dieu, voire de devenir Dieu en franchissant par ses propres efforts des degrés de "connaissance" réservés à des "initiés" qui se réservent ces pouvoirs.
Il n’est sans doute pas difficile de comprendre que si Dieu existe véritablement il est encore plus "personne" que l’Homme.

Il a donc aussi une liberté. Et s’il est libre de se donner comment pourrait-on mettre la main sur lui par des "connaissances" et des "initiations" ?

Dieu ne s’atteint que s’il se donne lui même, et si on l’accueille.
L’Esotérisme c’est la volonté de puissance spirituelle par l’accession à des "secrets" ou des techniques.

Loin de libérer l’homme ces secrets et ces techniques fabriquent un spiritualisme artificiel dans lequel le "connaissant" s’enferme.

L’illusion de "connaître" empêche d’entendre Dieu qui se révèle en parlant à qui est assez humble pour désirer le connaître tel qu’il se dit.

Ainsi certains s’enferment dans une théorie numérologique, d’autres dans les différents tiroirs d’une caractériologie déterministe, d’autres encore dans des rubriques d’horoscopes, d’autres dans des techniques de méditation.
Le vrai Dieu c’est celui qui rend libre et qui propose son amitié à tout homme, non à quelques initiés :

"Il s’attache à moi et moi je le rends libre, il m’appelle et moi je lui réponds" (Psaume 91,versets 14 et 15).

Ce Dieu-là est entré dans l’histoire des hommes par la porte des humbles, en se faisant petit enfant, à Bethléem il y a deux mille ans.

Hervé Marie Catta
Texte Proposé par Aron O’Raney