Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Il n’y a pas d’oubli ...

Si vous me demandez où j'étais, je dois dire : « Il arrive que ».
Je dois parler du sol que les pierres obscurcissent, du fleuve qui en se prolongeant se détruit :
Je ne connais que les choses perdues par les oiseaux, la mer laissée en arrière, ou ma soeur qui pleure.
Pourquoi tant de régions ?
Pourquoi un jour se joint-il à un jour ?
Pourquoi une nuit noire s'accumule-t-elle dans la bouche ?
Pourquoi des morts ?
Si vous me demandez d'où je viens, je dois parler avec les choses brisées,
Avec des ustensiles trop amers, avec de grandes bêtes souvent pourries,
Et avec mon coeur tourmenté.

Ce ne sont pas les souvenirs qui se sont croisés, ni la colombe jaunâtre qui dort dans l'oubli,
Mais des visages avec des larmes, des doigts dans la gorge, et ce qui s'effondre des feuilles :
L’obscurité d'un jour écoulé, d'un jour nourri de notre triste sang.

Voici des violettes, des hirondelles, tout ce que nous aimons et qui figure sur de douces cartes à longue traîne,
Où se promènent le temps et la douceur.

Mais ne pénétrons pas au-delà de ces dents, ne mordons pas aux écorces que le silence accumule,
Car je ne sais que répondre :

Il y a tant de morts, et tant de jetées que le soleil rouge transperçait,
Et tant de têtes qui frappent les bateaux, et tant de mains qui ont enfermé des baisers,
Et tant de choses que je veux oublier.
Pablo Neruda.
Texte proposé par Oraney.