Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Côté Rue Côté Cour ...



Côté Rue ….
C’est le va-et-vient de la vie,
Celle des autres, mais aussi la mienne.

Elle s’invente, elle s’épuise
Au fil des jours et des mois.

Avec ces charmes, ses rencontres, ses rondes,
Ses rêves d’avenir…
Avec le ciel au-dessus de nos têtes.

Parfois, il pleut, grosse pluie de violence ou
Crachin de désespoir,
Mais les vraies larmes sont souvent invisibles.

La rue est à tout le monde,
Et j’y suis pour tout le monde,

Chacun peut avoir besoin de moi,
Et j’ai besoin de chacun.

On n’a jamais fini d’apprendre à vivre
Dans la rue.

Côté Cour….

C’est le cœur de Dieu qui bat très fort,
Dans le silence de mon oratoire.

Il frappe jusqu’à ma porte,
Et se fait inviter à tout instant.

Il me permet alors de sentir et de,
Connaître le cœur de mes frères de toute rue,
De toute religion.

Si le monde s’essouffle et semble qu’il n’a plus,
Rien à donner, à partager, c’est parce qu’il a,
Perdu conscience d’avoir d’abord à recevoir,

À reconnaître un don : l’amour de Dieu,
L’amour gratuit de Dieu fait homme.


La vraie vie …. Passer et Repasser sans cesse,

Côté Rue et Côté Cour !

(Cardinal Roger ETCHEGARAY)


Texte proposé par oraney.
La reproduction ou la diffusion des billets ou articles est libre, sous réserve de mentionner la source : « http://oraney.blogspot.com/ », respecter l’intégralité du contenu, et les références de l’auteur ou de l’ouvrage.