Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Ce qu'un être humain...


Ce qu'un être humain pense de son prochain, il le puise en lui-même et le suppose chez lui-même. Un être humain réellement bon ne voudra trouver en premier lieu chez les autres que le Bien, alors qu'un être mauvais n'est tout naturellement capable que de présumer le mal chez son prochain, principalement lorsqu'il s'agit de ces choses qu'il n'est lui-même pas encore en mesure de comprendre.
Un être humain mauvais interprétera chez autrui tout ce qu'il ne comprend pas encore comme l'effet d'un mauvais vouloir, étant donné que, de façon correspondante à son genre, il n'attend absolument rien d'autre.
Or, chez un être humain bon, c'est le cas inverse. Il considérera dès l'abord toute chose selon son genre qui est bon.
Un être humain mauvais ne peut jamais croire au bon vouloir; il ne peut en faire la base d'aucune action, parce qu'il n'en est lui-même pas capable. Il reléguera toute action désintéressée dans le royaume des contes, ou même dans celui du mensonge, parce qu'elle lui est étrangère et incompréhensible.
Seul celui qui est bon peut y croire, parce qu'il est lui-même capable de se comporter de façon semblable.
C'est ainsi que le jugement d'un être humain sur ses prochains n'est toujours que le reflet de sa propre nature, qu'il exprime ainsi très clairement.
Ne parlez pas toujours. Écoutez ce que les autres veulent dire, restez ouvert et réfléchissez sur des avis différents.
D'où vient ce que vous croyez aujourd'hui? Vient-il de vos propres expériences ou de quelqu'un qui vous a dit d'y croire ?
Faîtes confiance de plus en plus à votre propre intuition, écoutez votre propre voix intérieure.