Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

La Souffrance…


La Souffrance


La Vie Sur Terre Est Plus Souvent Souffrance Que Bonheur Ou Joie.

Nous n’en avons pas décidé ainsi, il en est de la nature de l’homme.

Un cœur meurtri, détruit par le reste du monde perd toutes les limites et tous les faux sentiments pour ne faire apparaître que le vrai de ce qui est en chacun de nous.

L’Âme Qui Souffre Se Dévoile…

Elle ôte peu à peu les voiles qui l’habillaient en société, pour se montrer vraie, claire et pure.

Et ainsi, doit être de celui qui se veut en Dieu.

Dieu n’accepte pas le faux, l’égoïsme, tout ce qui n’est pas, il cherche l’essence de ce que nous sommes.

La Souffrance Enseigne, Ne La Voyez Pas Comme Une Punition, Mais Comme Une Étape De L’évolution.

En souffrant en soi, face à soi, l’on se révèle, l’on se découvre et l’on se retrouve.

Les frontières et les murs créés par nous, pour notre protection et qui nous limitent, tombent et s’effondrent, et combien se sent-on fragile à chaque effondrement.

Une partie de nous s’écroule et l’on ne sait ce qui va se trouver sous les ruines.

Nous avons peur, mais nous commençons aussi, à entrevoir peu à peu, celui qui surgit et se découvre sous les ruines et les décombres.

Cette souffrance se fait plus forte et plus dure, plus l’avancée est grande.

L’homme se voit alors de plus en plus nettement comme il est, et pour ce qu’il est, mais il voit aussi ce qui le sépare des autres…

En cela il se distancie, sans se croire meilleur.

Chaque douleur, lui permet de réaliser oh combien il est si petit, et si peu en tout, et, combien sa vie est vide.




Aron O’Raney
11 février 2011