Ici-bas

Notre Vie N'est Qu'un Rêve... Les Gens Souffrent À Cause De Leur Esprit Empli D'illusions, De Folies Et De Peurs ; Mais Tout Cela N'est Qu'images Dans Un Miroir, Sans Réelle Existence.Taisen Deshimaru.

L’Ordre Des Chevaliers De Calatrava






Les Templiers reçurent en concession la forteresse royale de Calatrava, qui se trouvait sur la frontière avec l'Islam, en l’an 1147.

Dix ans plus tard les Templiers l'abandonnèrent la jugeant indéfendable, laissant la route de Toléde ouverte à l'invasion.

En désespoir de cause SANCHO de CASTILLE offrit la forteresse en toute propriété à quiconque se chargerait de la défendre, avec suffisamment de territoire pour supporter le coût de la défense.

Deux moines de l'abbaye de Cîteaux, Don Raymon de Burever, abbé du monastère de Sainte-Marie de Hystéro, et don Diégo Velasquez, acceptèrent ces conditions et promirent d'en soutenir vaillamment le siège, aidés de quelques personnes de distinction, ils furent rejoints par de nombreux soldats navarrais.

Vers la fin 1158, ils avaient sécurisé la région.
Quand Ramon meurt en 1164, les moines retournèrent à FITERO laissant le château occupé par les Chevaliers.

Le nouveau Maître, Don GARCIA, continua à observer la règle des Cisterciens.

Leur courage ne fit pas défaut, et ils repoussèrent l'armée ennemie avec un plein succès. Le roi, satisfait, ratifia la promesse qu'il avait faite et donna la ville à ses défenseurs ; ceux-ci s'y établirent définitivement, et reçurent de Don Sanche de nouvelles libéralités, qui furent approuvées plus tard par son petit-fils Alphonse IX.

Ce fut à l'aide de ces possessions que les combattants de Calatrava constituèrent régulièrement un ordre religieux et militaire, dont les statuts furent confirmés, le 26 septembre 1164, par le pape Alexandre III.




En 1179, une commanderie fut fondée à ALCANIZ en ARAGON, afin de combattre les Maures de VALENCE elle devint plus tard une des plus grandes maisons de l'Ordre.

En 1195, à la bataille d'ALARCOS, le Roi Alfonse VIII de CASTILLE fut vaincu par les Maures.

Quelques 25000 Castillans furent tués ou capturés et avec eux beaucoup de Chevaliers de CALATRAVA.

Les Maures avançaient lentement vers le Nord et en deux ans CALATRAVA fut encerclée, perdue et abandonnée.

Un nouveau siège fut établi à SALVATIERRA et les Chevaliers prirent le nom de l'endroit. Ce siège fut aussi abandonné en 1211, mais dans l'année suivante CALATRAVA fut reprise.

Les Maîtres de l'ordre fortifièrent alors la position de l'ordre en CASTILLE.

Ils cédèrent les possessions qu'ils avaient dans les autres pays, jusqu'à ce que l'ordre obtint le contrôle de la CASTILLE depuis TOLEDE jusqu’à la Sierra Nevada.

Le Siège fut transporté à CALATRAVA la Nueva dans la Sierra d'ATALAYO. La forteresse originale n'ayant plus d'importance stratégique.

A la mort de Don Raymon, qui avait été élu Grand-Maître, les chevaliers de l'ordre lui donnèrent pour successeur Don Garces de Aca.

En 1213, la ville d'Alcantara leur fut confiée par Alphonse IX ; ils la remirent aux chevaliers de Saint-Julien du Poirier.




En reconnaissance, ces derniers s'unirent à l'ordre de Calatrava, qui s'adjoignit, quelques années plus tard, l'ordre d'Avis, à la suite d'une donation des biens de l'ordre, faite par le grand maître Garces de Aca aux chevaliers de l'ordre d'Avis. Enfin, en 1221, l'ordre de Montjoie fut incorporé également à l'ordre de Calatrava.

Cette association ne dura pas, car des dissensions s'élevèrent.

A partir de 1254 le Roi participe à l'élection des officiers de l'ordre.

En 1385, Jean, Roi de Portugal, fut élu Grand-Maître de l'ordre d'Avis par une partie des chevaliers, qui se détachèrent de celui de Calatrava.

Ceux d'Alcantara ne tardèrent pas à suivre cet exemple en se nommant un chef, qui reprit le titre de Grand Maître de l'ordre d'Alcantara ; et, bientôt affaibli par ses luttes intestines, la décroissance de l'ordre arriva.

Quand le dernier Grand-Maître meurt en 1487, aucun nouveau Maître ne sera élu.

Pour mettre fin à cette situation, qui menaçait d'amener la disparition complète de l'ordre, en 1489, le Pape Innocent VII, profitant de la mort du dernier Grand-Maître, en donna l'administration au roi Ferdinand le Catholique, et, peu de temps après, le pape Alexandre VI en adjugea à perpétuité la grande maîtrise à la Couronne de Castille.

A la suite de cette mesure, l'ordre entra dans une nouvelle voie de prospérité ; et, quoiqu'il ait subi de nouvelles modifications en raison des temps, il est encore considéré aujourd'hui comme l'un des ordres importants d'Espagne.


Source Documentaire : infobretagne.com/ordres-chevalerie — templiers.org/ordres.php




Texte proposé par Aron O’Raney