Ici-bas

Notre Vie N'est Qu'un Rêve... Les Gens Souffrent À Cause De Leur Esprit Empli D'illusions, De Folies Et De Peurs ; Mais Tout Cela N'est Qu'images Dans Un Miroir, Sans Réelle Existence.Taisen Deshimaru.

Le Samouraï De Dieu



Le 21 Janvier 2016, Dom Justo Takayama, Haut Dignitaire Japonais Converti Au Christianisme, A t Dclar Martyr Par Le Pape Franois.

Le Vatican a établi,  que six personnes sont mortes martyres pour leur amour du Christ : Un samouraï du Japon (XVIe- XVIIe siècle), des victimes de la Guerre Civile Espagnole (1936) et un prêtre allemand victime du nazisme (1945). 

Dom Justo Takayama est né à Haibara (Nara, Japon) vers 1552-1553, il est mort de fièvre après avoir été persécuté et chassé du Japon, à Manille aux Philippines, le 3 février 1615.

Les Jsuites Au Japon

Takayama Tomoteru le père de celui qui deviendra Dom Justo, reçoit l’Évangile des jésuites portugais en 1564. Le jeune Takayama a alors 12 ans. Son père et lui se battent pour obtenir le titre de Daimyo (c’est-à-dire seigneur, gouverneur), car leur famille domine la région de Takatsuki. 

Ils favorisent le travail des prêtres missionnaires, et des dizaines de milliers de Japonais se convertissent grâce à leur influence, selon le postulateur général des Jésuites, Frère Anton Witwer.

Perscutions Anti-Chrtiennes

En 1587, Toyotomi Hideyoshi, Premier ministre et unificateur du Japon, décide d’interdire le christianisme. Il demande à tous les catholiques d’abandonner leur religion et ordonne l’expulsion des missionnaires. 

En 1597, 26 chrétiens, presque tous Japonais, sont crucifiés à Nagasaki. Dom Justo Takayama refuse d’abandonner sa religion. Protégé par ses amis, qui lui conseillent de changer d’avis, il est finalement contraint de quitter le pays, abandonnant toutes ses possessions. 

Il part se réfugier aux Philippines avec 300 coreligionnaires, en 1614.

Non-Violence

Les Philippines, espagnoles et catholiques, proposent leur aide pour une intervention armée au Japon, afin de protéger les catholiques persécutés, mais Takayama refuse de participer, pour ne pas faire couler le sang. 

Il meurt de maladie en 1615, affaibli par son exil et les conditions de son voyage précipité. 

«Dans la mesure où Takayama est mort en exil à cause des mauvais traitements subis dans son pays, son procès est celui d’un martyr», explique Frère Anton Witwer. Cela signifie qu’il n’aura pas besoin de deux miracles avérés par l’Église catholique pour être canonisé.



Aleteia — Sylvain Dorient — 25 janvier 2016



Aron O’Raney