Ici-bas

Notre Vie N'est Qu'un Rêve... Les Gens Souffrent À Cause De Leur Esprit Empli D'illusions, De Folies Et De Peurs ; Mais Tout Cela N'est Qu'images Dans Un Miroir, Sans Réelle Existence.Taisen Deshimaru.

La Réconciliation



La Non-Violence En Action

« Dans Le Meilleur Des Cas, La Non-violence Ce N'est Pas Seulement Être Non Violent, Mais C'est Aussi Apporter Du Bien Aux Autres. Si Cela N'est Pas Possible, Tout Au Moins Faut-il Absolument Éviter De Leur Causer Du Tort. »      Dalaï Lama
« Soyons Vigilants, Dans La Vie Quotidienne, À Prononcer Des Paroles Qui Ne Blessent Pas. »

Que faire quand nous avons blessé quelqu'un qui nous considère maintenant comme son ennemi

La personne peut appartenir à notre famille, à notre communauté ou à un autre pays. Je pense que vous connaissez la réponse. 

Il faut commencer par prendre le temps de dire : « Je suis désolé, je t'ai peiné par ignorance, par manque d'attention, ou d'adresse. Je ferai de mon mieux pour changer. Je n'ose rien te dire de plus ».

Il arrive que nous n'ayons pas l'intention de peiner quelqu'un, que nous le fassions par manque d'attention ou par maladresse. Il est important que nous soyons vigilants dans la vie quotidienne, de prononcer des paroles qui ne blessent pas.

Il faut ensuite tenter de faire monter en nous le meilleur de nous-mêmes, la fleur : de nous transformer. C'est le seul moyen de prouver la sincérité de vos paroles. 

Quand vous serez régénéré, devenu agréable, l'autre ne tardera pas à le remarquer. Par la suite, chaque fois que vous aurez l'occasion de l'approcher, vous viendrez à lui comme fleur et il notera tout de suite que vous avez beaucoup changé. 

Peut-être ne sera-t-il même pas utile que vous parliez. Vous voir ainsi lui suffira, il vous acceptera et vous pardonnera. 

C'est « parler avec sa vie et pas seulement avec des mots », comme on dit.

Lorsque vous commencez à voir la souffrance chez votre ennemi, c'est que votre vision s'est approfondie. Lorsque vous voyez en vous le désir que cette personne ne souffre plus, c'est signe de vrai amour. Mais prenez garde. On peut penser parfois être plus fort qu'on ne l'est vraiment. 

Pour éprouver votre force, allez à l'autre pour l'écouter et lui parler, vous saurez aussitôt si votre amour compatissant est authentique ou non. Vous avez besoin de l'autre pour le découvrir. 

Si vous vous contentez de méditer quelque principe abstrait comme la compréhension ou l'amour, ce peut être seulement de la compréhension ou de l'amour imaginaires.

Se réconcilier ne veut pas dire signer un traité hypocrite et cruel. 

La réconciliation s'oppose à toute forme d'ambition et ne prend aucun parti. La plupart d'entre nous choisissent leur camp en tout combat ou conflit. 

Nous distinguons entre le bien et le mal sur la base de preuves partielles ou d'ouï-dire.

Pour agir, l'indignation est nécessaire, mais une indignation même justifiée et légitime ne suffit pas. Notre monde compte suffisamment de gens prêts à se jeter dans l'action par indignation. 

Ce dont il a besoin, c'est de personnes capables d'amour, qui ne choisissent par leur camp et donc peuvent avoir une vision globale de la réalité.

Nous devons continuer à pratiquer la pleine conscience et la réconciliation jusqu'au jour où nous verrons en l'enfant décharné et squelettique d'Ouganda ou d'Éthiopie notre propre enfant, jusqu'au jour où la faim et la souffrance de toute espèce de vie seront devenues nôtres. 

Alors nous verrons tous les êtres avec les yeux de la compassion, et nous pourrons véritablement œuvrer à l'allégement de la souffrance.


Extrait de « La sérénité de l'instant »
© 1992 Éditions Dangles — Saint-Jean-de-Braye.



Thich Nhat Hahn



Billet Proposé Par Aron O’Raney