Ici-bas

Notre Vie N'est Qu'un Rêve... Les Gens Souffrent À Cause De Leur Esprit Empli D'illusions, De Folies Et De Peurs ; Mais Tout Cela N'est Qu'images Dans Un Miroir, Sans Réelle Existence.Taisen Deshimaru.

L’Égypte À L’Aube De L’Histoire



Depuis L’apparition De L’agriculture Irriguée En 6000 Av. J.-C. Jusqu’à L’invention De L’écriture En 3300 Av. J.-C., L’évolution De L’Égypte Et De La Mésopotamie Semble S’être Faite De Concert.

Les Deux Régions N’interagissaient Pas Directement, Mais Les Contacts De Proche En Proche Sont Sans Doute Responsables De Ce Développement Synchrone.

L’Égypte, Un Don Du Nil

Géographiquement, l’Égypte s’identifie à la basse vallée du Nil et à son delta, seules terres irriguées en plein désert. Au Sud, le pays trouve une frontière naturelle au niveau de la 1re cataracte : 

Non seulement ces rapides empêchent la navigation à cet endroit, et atténue donc les contacts avec les peuples du Sud, mais en plus la vallée devient beaucoup plus étroite en amont et ne permet donc pas la même expansion démographique.

Notons que le lac apparaissant sur la carte, d’origine récente, n’existait évidemment pas à l’époque antique.

La facilité de navigation sur le Nil trouve son corollaire dans l’unité du peuplement : La langue égyptienne est commune à toute la région. 

Il existe toutefois une dichotomie géographique entre le delta au nord et la vallée au Sud, qui se retrouve au niveau culturel et qui demeurera une fracture politique naturelle : au nord se trouve la Basse-Égypte, et au Sud la Haute-Égypte.

Une innovation majeure va très tôt renforcer les contacts entre ces deux parties de l’Égypte : il s’agit de l’invention de la voile, réalisée dès 5000 av. J.-C., qui permet de parcourir le Nil dans les deux sens. 

Comme en Mésopotamie, ce n’est toutefois que vers 3800 avant notre ère que l’évolution s’accélère : la croissance démographique permise grâce à la culture du blé entraîne l’apparition des premières cités états, chaque ville exerçant son contrôle sur le territoire agricole qui l’alimente. 

Si en Mésopotamie Uruk exerçait une nette prééminence, en Égypte de nombreuses villes se retrouvent en conflit à cette époque.

Vers 3500 av. J.-C., deux villes finissent par obtenir leur hégémonie sur les autres cités : Bouto en Basse-Égypte, et Nagada en Haute-Égypte. 

Le pays se structure ainsi plus ou moins en deux royaumes, qui marqueront durablement la région : La religion égyptienne gardera le souvenir de cette époque : ainsi Horus, fils d’Isis et d’Osiris, associé au Nord, devint-il l’ennemi éternel de Seth, associé au Sud.

Il semble que la Basse-Égypte ait réussi à s’emparer de la Haute-Égypte, à une date mal déterminée C’est Héliopolis, idéalement située à la limite du delta et de la vallée, qui en devient la capitale. 

Il est à noter que cette ville deviendra plus tard la capitale religieuse du royaume avec le culte de Rê, sans doute en héritage de cette lointaine époque.

L’unité du royaume ne dure pas, et Bouto retrouve rapidement son statut de capitale de Basse-Égypte.

En revanche au sud, les événements ont affaibli la puissance de Nagada au profit de Hiérakonpolis , située plus en amont. 

La ville de Thinis commence également à prendre de l’importance : c’est là que beaucoup de rois se font enterrer, en un endroit qui deviendra Abydos.

Telle est la situation en 3300 Av-JC, date d’apparition de l’écriture. Bientôt, un roi du sud plus puissant que les autres tirera sa revanche sur le Nord en unifiant définitivement le pays sous sa coupe : 

Ainsi, à l’heure où la Mésopotamie se morcelle durablement en une myriade de cités état, l’Égypte prend le chemin inverse en s’érigeant en royaume unique.



Herodote Net — Vincent Boqueho



Billet Proposé Par Aron O’Raney