Les Ennemis




Ils sont les ennemis de l'espoir, ma bien-aimée
De l'eau qui ruisselle, de l'arbre à la saison des fruits,
De la vie qui pousse et s'épanouit.

Car leur front marqué du sceau de la mort,
Dent pourrie, chair décomposée,
Ils vont disparaître à jamais.

Et bien, sûr ma bien-aimée, bien sûr,
Sans maître et sans esclave,
Ce beau pays deviendra un jardin fraternel !

Et dans ce beau pays la liberté
Ira de long en large
Magnifiquement vêtue
De son bleu de travail.

Ils sont les ennemis de Redjeb, tisserand à Brousse,
Les ennemis de Hassan, ajusteur à l'usine de Karabuk,
Les ennemis de la vielle Hatdjen , la paysanne pauvre,
Les ennemis de Suleyman, l'ouvrier agricole,
Les ennemis de l'homme que je suis, que tu es,
Les ennemis de l'homme qui pense.

Mais la patrie est la maison de ces gens-là,
Ils sont donc ennemis de la patrie, ma bien-aimée.

Nos bras sont des branches chargées de fruits,
L'ennemi les secoue, l'ennemi nous secoue jour et nuit,
Et pour nous dépouiller plus facilement, plus tranquillement,
Il ne met plus la chaîne à nos pieds,
Mais à la racine même de nos têtes, ma bien-aimée.




Nazim HIKMET.
Poète Turc 1902-1963 –


Billet proposé par Aron O’Raney

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...